Les métiers du Figuier #2

Reportages Les métiers du Figuier #2

Le Figuier blanc Le 28/06/2021

Alice Rabourdin, médiatrice jeune publique et chargée des relations publiques cinéma

Aussi loin qu'elle puisse se souvenir, les films ont toujours été présents dans la vie d'Alice. Son enfance a été bercée par une collection phénoménale de K7 enregistrées quelle regardait en boucle avec sa sœur, et des séances régulières au cinéma pour voir des films d'animation. Elle se souvient même être allée voir Shrek en 2001, à l'âge de 9 ans, avec sa grand-mère, très surprise par l'humour décalé du film !

Sa fascination pour le cinéma s'est affirmée grâce à son choix, au lycée, de suivre l'enseignement de détermination cinéma-audiovisuel. Elle a ainsi découvert l'analyse de séquence et a découvert qu'elle aimait réfléchir autour des films et de leur construction.

En plus de sa passion pour le cinéma, Alice a toujours été attirée par l'animation, et a passé son BAFA à 17 ans pour travailler en colonies ou centres de loisirs durant les vacances scolaires.

Après le bac, elle intègre une classe préparatoire aux grandes écoles puis une licence en Arts du Spectacle mêlant histoire du théâtre et du cinéma. Par la suite, elle intègre le master professionnel de Paris 3 en Didactiques de l'images, lui permettant de mêler ses deux passions : le cinéma et le jeune public. Dans le cadre de ces études, elle a pu réaliser un stage et un service civique qui l'ont persuadé de son envie de travailler en salle de cinéma. Après un premier poste au cinéma Jacques Brel de Garges-lès-Gonesses, Alice rejoint la ville d'Argenteuil et ses cinémas Le Figuier blanc et le Jean-Gabin en janvier 2018.

Après cette présentation, nous vous proposons de découvrir son métier grâce à quelques questions auxquelles elle a pu répondre.

En quoi consiste ton métier ?

Je suis médiatrice jeune public, je suis donc chargée des actions culturelles à destination du jeune public.

Au niveau des scolaires, je coordonne les séances des dispositifs nationaux d’éducation au cinéma et aux images, « Ecole et cinéma », « Collège au cinéma » et « Lycéens et Apprentis au cinéma », j’accueille les classes, je présente les films et j’accompagne parfois ces séances d’une visite de cabine et d’une découverte des jouets optiques et de l’origine du cinéma. J’organise également des séances de cinéma de la maternelle au lycée, j’accompagne les projets des enseignants en lien avec le cinéma et je propose des séances de restitution de projets en salles de cinéma en fin d’année solaire.

Pour les familles, je propose chaque mois un atelier en lien avec un film que j’imagine et que j’anime, et deux fois par mois j’éveille les enfants dès deux ans au cinéma dans le cadre des séances Cinéboutchou. Je programme également des évènements jeune public comme des ciné-concerts, ciné-conte ou des ateliers avec un intervenant extérieur, le festival Image par Image dans nos cinémas, et c’est moi qui détermine un âge de recommandation pour tous les films jeune public, tout en participant à la programmation.

As-tu une journée type ?

Pas vraiment non, et c’est ça qui est chouette ! Même si certaines de mes missions sont toujours les mêmes : organiser le planning des séances scolaires, accueillir le public et présenter les films, chaque public est différent et réagira différemment aux films, qui eux aussi varient tout le temps (sauf dans le cadre des dispositifs scolaires). Quant aux actions pour les familles, c’est pareil pour mes ateliers qui changent tout le temps, je dois toujours me réinventer.

Pourquoi t’être spécialisée dans le jeune public ?

Avec ma formation d’animatrice, j’ai toujours aimé travailler avec les enfants. J’adore leur innocence, et le fait qu’ils n’aient pas de filtre. Leur regard sur les films est souvent très intéressant, et mon travail de transmission est passionnant dans les échanges que j’ai avec eux. Pour moi c’est un public à part entière, et ce n’est pas encore assez généralisé à mon avis.

Quelle est la chose que tu préfères dans ton métier ?

Le public ! J’aime être en contact avec lui et avoir des échanges autour des films, et plus particulièrement avec le jeune public. Leurs yeux émerveillés lorsqu’ils découvrent que le cinéma c’est de la lumière projetée, ça n’a pas de prix !

As-tu une anecdote ou un moment que tu aimerais partager sur les ateliers que tu organises ?

Pas vraiment sur mes ateliers, mais lors des séances Cinéboutchou dès deux ans. Ce sont des séances particulières car adaptées aux tous petits. Je reviens entre chaque court métrage du programme, et on éteint la lumière de la salle ensemble pour voir le film suivant, d’une certaine manière… Je fais appel à leurs pouvoirs magiques, ils lèvent tous les bras, et lorsqu’ils les abaissent, la lumière s’éteint grâce à eux. D’une séance sur l’autre, les habitués lèvent automatiquement les bras, c’est tellement génial !

Préfères-tu rester jusqu’à la fin de la séance, quand les lumières se rallument ou partir pendant le générique ?

Jusqu’à la fin de la séance ! J’aime rester dans l’univers du film pendant le générique, ça me permet de digérer ce que je viens de voir.

Pop corn ou silence complet ?

Silence complet ! Même si devant certains films les pop corn sont les bienvenus. Ça dépend de ce que je vais voir.

Jean Gabin ou Figuier blanc ?

Jean Gabin sans hésitation. C’est mon petit cinéma accueillant pour le jeune public, très convivial et chaleureux.

Des recommandations de films jeune public ou pour un public familial ?

Oui, pleins ! Mais le mieux c’est de voir les films en salle de cinéma (dès que sera de nouveau possible), donc certains films qui ont eu une petite vie au cinéma seront probablement reprogrammés dans les salles, comme Clamity, une enfance de Martha Jane Cannary de Rémi Chayé, qui est splendide, à voir dès 7 ans. Pour les plus petits je recommande chaudement des programmes de courts métrages, visibles en général dès 3 ou 5 ans, comme par exemple le merveilleux Balades sous les étoiles, distribué par Les Films du Préau, à voir dès 5 ans.

Un coup de cœur cinéma de l’an passé à partager ?

Wendy, de Benh Zeitlin ! Une réécriture très libre de Peter Pan, un film d’aventure à hauteur d’enfants, qui peut nous évoquer Max et les Maximonstres de Spike Jonze. Le film devait sortir en décembre 2020, c’est donc mon coup de coeur 2020, mais j’espère qu’il pourra être le votre en 2021, dès sa sortie en salle !

retour à la liste

Derniers reportages