Les métiers du Figuier #3

Reportages Les métiers du Figuier #3

Le Figuier blanc Le 25/08/2021

Sophie Nguyen, chargée de médiation et relations publiques au Figuier Blanc et La Cave (spectacle vivant)

Son intérêt pour le spectacle vivant est apparu assez tôt venant d’une famille d’artistes, plus particulièrement du théâtre musical traditionnel vietnamien. Ses parents l’ont donc emmené avec eux dès son plus jeune âge dans les divers théâtres et salles de spectacle où ils ont joué. Par la suite, elle a pratiqué le piano dans une école de musique pendant plusieurs années jusqu’au lycée où elle a intégré l’option musique.

Et après ? Sophie a vraiment voulu faire de la médiation. Les objectifs de la médiation culturelle faisaient sens avec ses valeurs. Elle voulait vraiment défendre l’idée de la culture pour tous car elle était, et elle est toujours, convaincue des bienfaits de l’art et la Culture sur l’humain à travers l’ouverture de l’esprit, la création de liens, le renforcement de la sensibilité, et donc de l’empathie.

Elle a donc d’abord fait une 1ère année en licence Lettres et Arts, options image et musique à Paris Diderot (Paris 7). Puis, elle a terminé sa 2e et 3e année de licence en Médiation culturelle, parcours musique et danse à la Sorbonne Nouvelle (Paris 3). Elle a souhaité se spécialiser ensuite vers un public ciblé : le jeune public. Sophie a donc fait son master à l’INSPE de Versailles : Master MEEF Médiation culturelle (concevoir des projets éducatifs et culturels en partenariat).

À la suite d'un stage au Centre Mandapa, salle de spectacle sur les cultures du monde, elle a obtenu un premier poste dans le secteur culturel en tant que chargée de relations jeune public et communication avant de rejoindre l’équipe du Figuier blanc en septembre 2020.

En quoi consiste ton métier ?

Mon métier consiste tout d’aborder à proposer des actions culturelles auprès des publics du Figuier Blanc et de la Cave, dans l’objectif de permettre une meilleure accessibilité aux spectacles de la programmation et une rencontre entre les artistes et publics.

Au sein du service RP du Figuier, je m’occupe particulièrement du 1er degré (écoles maternelles et élémentaires), mais aussi des centres de loisirs, crèches, publics en situation de handicap et le tout-public.

Je programme diverses actions en mettant en lien les artistes et Cie avec les publics. Cela peut se traduire par des ateliers artistiques comme d’initiation au théâtre ou à la danse par exemple, en fonction de la thématique du spectacle concerné, mais aussi des bords de plateau, des tables rondes, des formations auprès des encadrants, etc.

Je coordonne aussi des projets plus longs sur l’année avec toujours pour objectif des restitutions à la fin de l’année (exemple : la Fabrique à chansons).
J’accompagne les enseignants et responsables de groupe dans leurs projets et je propose aussi d’animer des médiations en amont des spectacles pour préparer les groupes à leur venue au Figuier Blanc ou La Cave. Je réfléchis également à la création de supports de médiation permettant aux publics une meilleure accessibilité de la programmation (dossiers pédagogiques, cahier de spectateur, padlet…).

Mon travail en tant que chargée de relations publiques consiste également à présenter la programmation auprès de nos partenaires, à accueillir les publics les jours de spectacle et répondre à leurs interrogations. Une de mes missions est également de développer de renforcer les partenariats et d’en créer de nouveaux en fonction des besoins et demandes.

As-tu une journée type ?

Pas vraiment, cela dépend des périodes dans l’année car je suis beaucoup le calendrier scolaire et celui de la programmation des spectacles.

Mes journées peuvent donc se passer soit au bureau derrière mon écran ou au téléphone, où je travaille sur la coordination des actions et projets mis en place, la création d’outils de médiation et diverses autres tâches administratives (compte-rendu, bilans…). D’autres jours, je peux être au sein d’une école ou autre structure, afin d’accompagner l’artiste-intervenant et faire le lien avec les publics ou faire moi-même la médiation.

Et enfin, les jours de spectacle en journée comme en soirée, je suis au Figuier Blanc afin d’accueillir les publics, les placer dans la salle et gérer les bords de plateau.

Et des fois, toutes ces tâches sont mélangées dans une même journée et c’est ce qui rend ce travail si vivant !

Pourquoi t’être spécialisée dans le jeune public ?

En tant que médiatrice culturelle, je pense que c’est l’un des publics les plus importants avec qui travailler car c’est à l’école, et surtout l’école publique, que l’on peut toucher des enfants de toutes origines et classes sociales confondues, et leur proposer une offre culturelle et artistique à tous sur une même échelle.

Je suis convaincue que c’est en les touchant dès le plus jeune âge que leur intérêt envers la culture pourra être développé plus rapidement et qu’ils pourront ainsi bénéficier de tous les bienfaits que peuvent apporter l’art et la culture, sur tout le long de leur vie.

Quelle est la chose que tu préfères dans ton métier ?

Voir les publics s’émerveiller devant les spectacles !

Les entendre rire, pleurer, les voir réagir et danser pendant la représentation puis échanger avec les artistes à la fin de celle-ci et enfin, écouter leurs retours.

Ce que j’aime énormément aussi c’est de les revoir et les entendre se remémorer des spectacles ou actions culturelles qu’ils ont vu et vécu auparavant, car cela montre que nous avions laissé une trace.

As-tu une anecdote ou un moment que tu aimerais partager sur les actions que tu organises ?

Etant fraîchement arrivée au Figuier Blanc et à cause de la crise sanitaire, j’ai malheureusement eu peu d’occasion d’être en contact avec les publics.
Mais un moment qui m’a particulièrement ému fut lors du spectacle Hyperfantastic children songs, un concert qui s’est joué hors-les-murs au sein d’une école maternelle. Une petite fille de 4 ans a pleuré d’émotions lors d’un morceau joué par les musiciens et elle les a enlacé, eux et moi-même, à la fin de la représentation.

Nous étions tous très surpris et touchés, et cela ne fait que conforter l’intérêt de proposer une offre culturelle et artistique dès le plus jeune âge !

Préfères-tu rester jusqu’à la fin de la séance, quand les lumières se rallument ou partir avant ?

Je préfère rester jusqu’à la fin de la représentation car aucune ne se ressemble (le spectacle étant VIVANT !) et surtout pour voir les réactions des publics.

Je dois également rester jusqu’à la fin afin de gérer les bords de plateau lorsqu’il y en a et recueillir les retours des publics.

Silence complet ?

Pas de bavardages mais bien sûr qu’il faut réagir pendant le spectacle ! Surtout si on est invités à le faire par les comédiens sur scène.

Et toujours des applaudissements à la fin du spectacle pour remercier le travail fourni des artistes, et ça, même si le spectacle ne nous a pas plu.

Figuier Blanc ou La Cave ?

Les deux ! Cela dépend surtout du spectacle/concert.

Des recommandations de spectacle jeune public ou pour un public familial ?

Pour la saison 2021-2022, tous les spectacles sont top ;)

Mais si je devais dire mes coups de cœur, ce serait Hyperfantastic Children Songs et Jeu pour les mater, Hansel & Gretel pour les un peu plus grands, et Désaxé pour les lycéens.

Pour le tout-public, Queen Blood est à voir pour les amateurs de la danse !

Un coup de cœur spectacle de l’an passé à partager ?

Le Covid étant passé par là, il y a eu peu de spectacle au Figuier Blanc et à la Cave.

Dans ce monde, qui n’a pas pu être joué, est un très beau spectacle de danse accessible pour les petits et qui met en avant les cultures du monde de manière respectueuse et moderne. Autrement, j’ai beaucoup apprécié La petite ombre de Tom, spectacle qui s’est joué hors-les-murs et qui est la réadaptation du spectacle L’Ombre de Tom. La Cie a créé cette forme pendant le confinement en utilisant notamment des objets de récupération, et tout en gardant l’essence même du spectacle d’origine soit l’histoire et le théâtre d’ombre.

retour à la liste

Derniers reportages